jeudi 19 juillet 2012

LA CAMPAGNE DU MEXIQUE : 1865

Le 6 février, dès son entrée en campagne, le corps autrichien, placé sous le commandement du colonel Kodolitsch, remporte un succès  sur la faction républicaine, à Jalapa.

Le 9 février, alors que 5 500 soldats se préparent à donner l’assaut à la ville d’Oajaca, la garnison, placée sous le commandement du général Porforio Diaz, offre sa reddition.

Le 29 mars, la flotte française et les troupes de marine s’emparent du port de Guaymas.  Ces succès ne pouvaient cependant pas cacher d’autres réalités.   Dans le nord, deux villes, Saltillo et Monterey avaient été reprises par le chef républicain Negrete, menaçant ainsi directement le port de Matamoros.  Bazaine allait y envoyer par mer un bataillon de la légion, afin de prêter main-forte au général Mejia qui tenait la ville.  L’insurrection et l’instabilité régnaien t dans toutes les régions du pays.

Le 11 avril, quatre compagnies de voltigeurs belges, commandés par le major Tijdgadt furent écrasées à Tacambaro, dans l’état du Michoacan, par les forces républicaines des généraux Artéaga et Régulès.  Au cours de ce même mois d’avril, les états de Sinaloa et de Chihuahua étaient entièrement placés sous le contrôle de la faction juariste, qui allaient occuper également la plupart des villes situées à proximité du Rio Grande.

Le 7 juin, la colonne du général Brincourt et celle du colonel Jeanningros parvinrent à reprendre Saltillo.

Le 15 juillet, les troupes françaises faisaient leur entrée à Chihuahua.  Juarez avait trouvé refuge à Paso del Norte, sur la frontière des Etats-Unis. 

Le 11 juillet, le corps belge, commandé par le colonel Van der Smissen parvint à défaire les troupes du général Artéaga au cours du combat de la  Loma, à proximité de Tacambaro.  La revanche, en somme, de  la défaite subie quatre mois plus tôt au même endroit.

Le 3 octobre 1865, l’empereur Maximilien signait un décret qui condamnait à mort tout dissident prit les armes à la main.  Le résultat de cet arrêté fut désastreux.  Ainsi , le 12 octobre 1865, suite au combat de Santa Anna Amatlan, le colonel impérialiste Mendez parvenait à rejoindre et à capturer les généraux républicains Artéaga et Salazar.  Après avoir appliqué un jugement sommaire à ses prisonniers, Mendez fit fusiller les deux généraux, huit colonels et de nombreux officiers subalternes.  Cette tragédie allait soulever l’indignation dans tout le pays.

Le 25 octobre 1865, dans la crainte d’être coupé des zones qui contrôlaient les impérialistes, le général Brincourt recevait l’ordre d’évacuer Chihuahua.  Dans l’état du Tamaulipas la situation paraissait extrêmement confuse.

Le 10 novembre, le lieutenant-colonel d’Ornano entrait à Tula, puis le 17 à Vittoria.  Les communications entre ces deux villes furent cependant complètement rompues.  La guerre de Sécession venant de se terminer, les Etats-Unis intensifièrent leur aide aux républicains mexicains.  Les incidents de frontière se multipliaient autour du port de Matamoros, assiégé par les juaristes et totalement isolé des territoires contrôlés par les impérialistes.

Le 24 novembre, le général républicain Escobedo parvenait à s’emparer de Monterey.  Les troupes françaises purent reprendre la ville le lendemain et s’y maintenir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire